Violence against women

Violence against women

About us French

Le Centre de ressources sur la vie familiale de Honeychurch
Sous la direction de Brigadier Herbert Honeychurch, l’Armée du Salut de Brampton a commencé à planifier l’établissement d’un refuge d’urgence pour les familles sans abri en 1981, lorsqu’il a été décidé de construire une installation de 26 logements dans l’ancien édifice de l’église sur la rue Queen. L’approbation de l’Armée du Salut a été accordée en 1983, mais les règlements municipaux sur les foyers de groupe et le manque de stationnement ont rendu cet endroit loin d’être idéal. Les résidents de la région et certains conseillers municipaux se sont également fortement opposés au projet. Néanmoins, l’Armée du Salut a contesté le conseil municipal de Brampton et a demandé à la Commission des affaires municipales de l’Ontario de lui accorder une dispense de règlement administratif.

Entre-temps, les familles étaient placées dans un hôtel local jusqu’à ce qu’un logement convenable puisse être fourni. Ce n’était toutefois pas une solution sûre pour ceux qui fuyaient la violence familiale à l’époque, et l’Armée du Salut a continué de chercher à obtenir l’accès au territoire et l’autorisation de construire. La persévérance a finalement porté fruit lorsqu’un site appartenant à la région de Peel était situé sur la rue principale et que l’autorisation de construire a finalement été obtenue en juillet 1985. Les travaux de construction ont commencé en octobre 1985 et le Centre de ressources pour la vie familiale a été achevé en septembre 1986 et officiellement ouvert en février 1987. Brigadier Herbert Honeychurch avait vu le besoin et avait fait pression pour que ce refuge soit construit pendant cinq ans, passant d’innombrables heures à rencontrer les conseillers municipaux, les résidents et les maires de Brampton, J. E. Archdekin et Ken Whillans. En reconnaissance des services offerts par Brigadier Honeychurch au nom des familles sans abri de Brampton, le Centre de ressources sur la vie familiale de Honeychurch porte son nom.

Au début, on croyait que le besoin le plus urgent était de fournir un logement de courte durée aux personnes et aux familles qui étaient sans abri en raison d’une crise dans leur vie. Les statistiques recueillies au cours de la première année d’exploitation indiquent toutefois que de 45 % à 60 % des utilisateurs de l’établissement étaient des femmes et des enfants ayant quitté des situations de violence familiale. Cette proportion est passée à 80 % en l’an 2000. Pour cette raison, le centre d’hébergement a été modifié pour inclure les victimes de violence familiale ainsi que les familles et les personnes sans abri. Depuis mars 2003, toutefois, le Centre de ressources sur la vie familiale s’adresse uniquement aux femmes victimes de violence et à leurs enfants qui fuient la violence familiale ou la violence conjugale.